OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus

Se comporter en entretien d’embauche : tout un art ! En une heure à peine, il va falloir montrer le meilleur de vous, ne pas laisser vos gestes vous trahir, parler clairement en évitant les bourdes, être convaincant sans être arrogant… Bref une mission qui peut vous sembler impossible ! Pas si vous suivez nos conseils et que vous adoptez les bonnes manières ou plutôt la bonne manière d’agir. Petit déroulé façon manuel de savoir (sur)vivre à un entretien.

Soignez votre entrée 🙂noun_80616_cc

Après avoir pris soin d’arriver à l’heure, pas trop en avance, d’avoir attendu bien sagement sans jouer à Angry bird sur votre téléphone ou sans appeler tout votre carnet d’adresse, vous allez bientôt vous retrouver face au recruteur pour une première impression. Adoptez la bonne posture : dos droit, souriant, attendez qu’il vous invite à prendre place avant de vous asseoir. Si vous avez le choix entre deux sièges, prenez celui qui lui fait face. Calez-vous bien au fond de votre chaise, les deux pieds au sol ou les jambes croisées si vous portez une jupe et respirez calmement pour contrôler votre stress, vous concentrer et vous préparer à bien répondre.

Pas plus de 3 minutes pour vous présenter

noun_107247_cc

Certes, vous méritez d’être connu et brûlez d’impatience d’exposer vos missions, votre expérience, votre motivation. Attention cependant de ne pas trop en faire. 1/3 des employeurs disent savoir si le candidat convient dès les 5 premières minutes. Au bout de 15 minutes, leur conviction est faite. La façon de vous présenter va donc être déterminante. A la question basique « Pouvez-vous vous présenter », ne prenez pas un air étonné. En guise d’introduction, énoncez vos nom, prénom, âge et lieu de résidence, puis détaillez vos formations (pourquoi ce choix, ce que vous en avez retiré). Enfin, présentez votre parcours professionnel sans réciter votre CV (plutôt que d’énumérer les entreprises pour lesquelles vous avez travaillé, expliquez pourquoi vous les avez choisies) en terminant par votre projet professionnel. Pourquoi postulez-vous et quelle progression imaginez-vous. Bravo, c’est maintenant au recruteur de reprendre la parole.

Ecoutez attentivement votre recruteur noun_98644_cc

Ne monopolisez pas la conversation. Votre interlocuteur mène la danse, c’est lui qui aborde les points qu’il considère importants. Ecoutez-le avec attention et répondez à ses questions de manière précise et concise. Une fois lancé sur un sujet, observez ses attitudes corporelles afin de savoir si vous devez poursuivre ou cesser. Il se penche vers vous, les yeux grands ouverts ? Continuez. Il s’agite, regarde ailleurs ? N’insistez pas.

Un silence ? Pas d’inquiétude, attendez quelques instants avant de demander simplement si vous avez répondu à sa question ou s’il souhaite plus de détails. En un mot, soyez dans l’écoute active, n’ayez pas peur des silences qui peuvent ponctuer l’entretien et prenez le temps de réfléchir.

Dites la vérité, rien que la vérité 😉noun_162285_cc

Arrogance et mensonge n’ont pas leur place dans un entretien d’embauche ou alors par ici la sortie ! Vous souhaitez vanter vos mérites sans passer pour un prétentieux ? L’exercice est difficile. Mettez alors en avant le travail d’équipe, dites “nous”, n’abusez pas du “je”. Sans sombrer dans l’humilité, gardez de la mesure dans vos propos, dans les chiffres que vous citez ou les exploits que vous affichez. Prenez des exemples précis, ne soyez pas vague et la démonstration sera plus réaliste. Il est courant qu’un recruteur ait les moyens de vérifier vos dires.

 

Ne critiquez pas vos ex-employeurs 🙁noun_172745_cc

Même si vous vous êtes quittés en mauvais termes, ne critiquez pas votre dernier boss. Vous passeriez pour un faiseur d’histoires, voire un insatisfait chronique. En règle générale, il vaut toujours mieux taire une discorde. Imaginez que, pour s’assurer de vos propos, le recruteur contacte votre ex-patron : sa version des faits risque de ne pas être à votre avantage.  Il est possible, cependant, que votre interlocuteur vous amène à évoquer le sujet (les nouvelles vont vite !). Dans ce cas, restez factuel. Parlez d’un désaccord sur la stratégie ou la vision (une formule classique qui a le mérite de sauver les apparences) et évitez tout jugement de valeur.

Faites attention à votre expression corporelle noun_13681

Avoir un bon vocabulaire est important, mais faire de jolies phrases en gigotant sur votre chaise, en agitant les mains ou en secouant votre jambe comme si vous aviez prévu de partir en courant, pas question. Plus sérieusement, les gestes que vous faites, les postures que vous prenez en disent long sur vous. Poignée de main molle ou au contraire beaucoup trop forte, passage des doigts dans les cheveux, ongles qui tapotent sur le bureau, bras croisés comme un aveu de défense ou de repli : il va falloir contrôler tout cela. Gardez un regard franc sans pour autant dévisager votre interlocuteur. Posez vos mains sur vos genoux ou sur les accoudoirs, bougez-les avec retenue ou calme. Si un propos vous déplaît ne grimacez pas, restez souriant. Et n’oubliez pas de respirer, cela vous aidera à contrôler vos gestes.

A-r-t-i-c-u-le-z …noun_36122

Evidemment, ne passez pas en mode dictée de CE1. L’idée est de prendre le temps de vous exprimer, de ne pas mâcher les mots, de réduire le débit de vos paroles pour une compréhension maximale de votre interlocuteur. Cela vous permettra aussi de réfléchir à ce que vous êtes en train de dire et d’éviter des bourdes du genre : « j’ai toujours rêvé de travailler pour Samsung » lors d’un entretien chez LG… Enfin, articuler c’est aussi savoir poser sa voix, ne pas être monocorde, ponctuer ses paroles pour garder son recruteur captif.

Soyez proactif !noun_27582

Enfin ! L’entretien se termine, vous avez alors la possibilité de poser quelques questions, pertinentes évidemment. Avant de vous quitter, demandez clairement à votre interlocuteur quand vous aurez des nouvelles, si c’est lui qui vous recontacte ou l’inverse. Dans les 24 à 48h après l’entretien, envoyez un email de remerciement : c’est simple et très valorisant. Cela prouve votre motivation et vous distingue des autres. Vous y rappellerez en quelques lignes (ce n’est pas une lettre de motivation) vos atouts, ce qui vous plaît le plus dans le poste comme dans l’entreprise et terminerez en remerciant votre interlocuteur pour son attention.

Une attitude globale et de bonnes astuces qui devraient transformer votre entretien en un parcours vers l’embauche.

mot clés associés :

, ,

partager

retour