OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus

Vous l’aviez oublié ce goût qui remontait à votre dernier examen ou concours ? Vous pensiez que c’était derrière vous. C’était sans compter sur votre vie professionnelle ! Bienvenue au pays de la boule au ventre et des secrets pour bien la dénouer et n’en faire qu’une bouchée.

Une bonne dose d’explication2.1png

Le stress, aussi appelé trac chez les comédiens, est une chose absolument normale. Votre cerveau anticipe une situation durant laquelle vous allez être jugé. Le trac est cette peur du regard que l’on va porter sur vous, de ce que l’on va penser de votre prestation. Cela remonte à l’enfance et aux systèmes d’évaluation qui nous ont été imposés lorsque nous étions petits. Un peu comme un traumatisme qui remonterait à la surface… Heureusement cet état ne dure pas et le plus désagréable reste d’y penser avant l’entretien. C’est sur cette inquiétude qu’il va falloir travailler.

Une pincée d’observation2

Et si vous profitiez de cette angoisse pour l’apprivoiser ? Demain c’est le grand jour et ce soir vous ne pouvez rien avaler. Posez-vous la question suivante : de quoi avez-vous vraiment peur ? Vous avez toutes les chances de vous apercevoir que vous n’avez aucune crainte réelle. Si vous arrivez à formuler vos craintes comme “être nul”, “vous planter”, “rougir”, “bafouiller”, “ne pas être à la hauteur” alors projetez-vous dans ces scénarios catastrophe pour mieux les dompter. Maintenant que vous êtes préparé au pire, allez vous détendre au cinéma !

4Faites monter la confiance en vous

Bon, l’émotion a pris le dessus, vous êtes anxieux alors raisonnons un peu. Cet entretien vous n’allez pas le passer par hasard ? Vous avez répondu à une annonce, on vous a remarqué, envoyé un mail, appelé, vous avez bien travaillé sur votre CV, vous connaissez l’entreprise, la description du poste, vous vous êtes entraîné. Vous êtes donc tout à fait légitime et n’allez pas débarquer dans le bureau du recruteur sur un malentendu. Vous êtes même attendu et vous verrez, ils ont besoin de vous : c’est pour cela que vous y allez !

Un zeste de stress5

Si trop de stress n’est pas bon, le dénier n’est pas forcément une bonne méthode.
Vous présenter à l’entretien les mains dans les poches, l’air ultra décontracté comme si de rien n’était, peut aussi vous nuire en vous faisant passer soit pour un candidat irresponsable soit pour un prétentieux.
Contrairement au stress qui paralyse, le “stress positif” correspond à une poussée d’adrénaline qui vous donne de l’énergie et vous rend plus motivé et convaincant. Accepter une petite pincée de stress peu définitivement jouer en votre faveur.

6Le secret de la préparation : la respiration

Le jour J, arrivez en avance mais pas trop. Mettez votre téléphone sur silence et ne laissez plus votre esprit partir dans tous les sens. Respirez profondément par le nez et soufflez par la bouche. Concentrez-vous sur l’objet de l’entretien tout en inspirant puis expirant encore et encore. La plupart des coachs vous diront que la respiration permet de garder son calme. Le fait de s’asseoir, de bien vous caler (jambes, dos) et de respirer “par le ventre” permet de se détendre et de chasser la peur, sinon de la contrôler.

Attendez 3 minutes puis faites-vous plaisir7

En général, le trac ne dure pas plus de trois minutes car, avec la concentration les pensées négatives disparaissent vite. L’astuce consiste donc à bien préparer la première question, c’est à dire le plus souvent votre présentation. Vous connaissez votre nom, vos études, votre expérience. Rien ne pourra vous empêcher de répondre. Et même si vous rougissez un peu, cela n’a aucune importance. Un truc de grand-mère : pour éviter une poussée de stress en cours d’entretien, préparez-vous aux questions pièges concernant votre CV.

C’est bon, vous êtes prêt !

mot clés associés :

, ,

partager

retour