OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus

Contrairement au mécanicien de fabrication, qui intervient en amont dans la réalisation d’ensembles de pièces mécaniques, le mécanicien de maintenance intervient en aval. Il vérifie les systèmes, les entretient et au besoin, les répare. Ses secteurs de prédilection : l’industrie (automobile, aéronautique, agroalimentaires…) et les entreprises d’installation d’équipements thermiques. Les technologies évoluant sans cesse, le métier exige polyvalence et qualités d’adaptation.

Les missions du mécanicien de maintenance

Mécanicien de maintenance

Le mécanicien de maintenance a un rôle primordial et préventif pour éviter les défaillances et la dégradation des machines. C’est à lui que revient l’entretien et la réparation quand sont détectés dysfonctionnement ou panne. Si les opérations de maintenance correctives ne suffisent pas, il est amené à remplacer des pièces ou des systèmes de machines, qu’il ajuste en fonction des équipements.
Il remplit également quelques tâches administratives, parfois totalement informatisées : reporting pour chaque intervention (causes, durée, observations…), rédaction de fiches techniques, gestion des plannings d’intervention…
Attention, les urgences n’attendent pas et certaines missions peuvent s’effectuer la nuit, le week-end ou les jours fériés !

Savoir-faire et savoir-être

Le mécanicien de maintenance possède de bonnes notions en mécanique, hydraulique, pneumatique et électricité. En outre, les machines et les outils d’analyse étant de plus en plus performants, il a développé des connaissances en électronique et en informatique : technique AMDEC (Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité), logiciel d’organisation GMAO (Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur).
Réactif et méthodique, il réalise rapidement un diagnostic en se servant d’outils propres au métier, à l’instar d’appareils de métrologie/mesure (jauges, pieds à coulisse, micromètres…). Par ailleurs, l’anglais technique constitue un atout pour lire plans et fiches techniques.

Quelles formations pour devenir mécanicien de maintenance ?

Le métier de mécanicien de maintenance est accessible à partir d’un CAP ou d’un BEP. Des spécialisations sont possibles en fonction du secteur visé : CAP maintenance de bâtiments de collectivités, BEP maintenance des équipements industriels, CAP ou BEP maintenance de véhicules automobiles, etc.
Au niveau supérieur, il existe des Bac Pro et des BTS, dont les options se calquent sur celles des CAP et des BEP : Bac pro et BTS maintenance des équipements industriels, Bac pro et BTS maintenance des matériels…

A noter, différents CQPM (Certificat de Qualification Paritaire de la Métallurgie) peuvent être obtenus en formation continue ou par le biais de la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) : CQPM mécanicien maintenancier process, CQPM mécanicien machine tournante sous pression, CQPM mécanicien en réparation navale… Tous ces certificats ont été créés par la Commission paritaire nationale pour l’emploi au sein de la branche professionnelle de la Métallurgie et sont reconnus nationalement.

Dans quel secteur d’activité peut-il exercer ?

N’importe quelle entreprise se servant de machines de production peut solliciter les services d’un mécanicien de maintenance : agroalimentaire, automobile, énergie, construction navale… Le métier peut également s’exercer dans des entreprises spécialisées en maintenance mécanique.

Ses perspectives d’évolution

Avec le temps, le mécanicien de maintenance peut choisir de se spécialiser et devenir ainsi ascensoriste ou technicien d’essais. A terme il peut également viser le poste de technicien méthodes, chargé d’optimiser les processus de production.
D’un point de vue hiérarchique, le mécanicien de maintenance confirmé peut évoluer vers les fonctions de chef d’équipe ou de responsable de la gestion des approvisionnements.
Enfin, il peut postuler dans des bureaux d’études en qualité d’expert ou de concepteur.

Métiers passerelles

Ajusteur mécanicien (f/h)
Chef d’équipe Industries (f/h)

mot clés associés :

partager

retour

à lire également