OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus

En atelier ou sur un chantier, sur des rails, dans une usine, une centrale ou en pleine mer, le soudeur est partout dans le vaste secteur de l’industrie. Son rôle ? L’assemblage d’objets de toutes sortes, des plus petits aux plus massifs. Un métier qui ne connaît assurément pas la crise…

Les missions du soudeur

Fiche métier soudeur

Sur un chantier ou au sein d’une usine, le soudeur assemble par fusion des objets en métal via les procédés TIG, MIG/MAG ou AEE : tuyauteries, réservoirs, rails, pièces automobiles, navales, aéronautiques ou encore hydrauliques.
Le soudeur occupe un poste clé dans le secteur de l’industrie. Il travaille à partir de plans ou d’un gabarit préalablement réalisés pour déterminer la nature et les caractéristiques physiques des pièces à souder. Muni de protections (gants renforcés, masque à verre filtrant), il assure les assemblages avec le ou les procédés de soudure qu’il maîtrise et qui ont été définis dans le cahier des charges. Il peut aussi programmer certains modes de soudure automatisés (orbitale, robots).
Le métier de soudeur nécessite une parfaite connaissance des métaux, la maîtrise de plans et documents techniques ainsi que le maniement d’appareils de plus en plus sophistiqués (robotisation, automatisation).
Il peut évoluer dans un environnement bruyant et dans des positions de travail inconfortables prolongées.

La sécurité au travail

Savoir-faire et savoir-être

Soudeur est un métier manuel nécessitant d’être minutieux, précis, habile et méthodique. Il faut être organisé et posséder un sens aigu de l’analyse pour étudier les dessins et documents techniques pour en déduire des techniques et procédés à appliquer (arc, semi-automatique, etc.).
Pour faire carrière dans la soudure, il est également recommandé de posséder une bonne vue.
Certificats de qualification en soudure les plus répandus : soudage arc électrode enrobée (EN 111), , procédé MIG/MAG (EN 135/136), procédé TIG (EN 141).

Quelles formations pour devenir soudeur ?

Pour décrocher un emploi de soudeur, différentes formations sont possibles à partir d’un niveau CAP :

> CAP Serrurier métallier
> CAP Réalisation en chaudronnerie industrielle
> CAP Construction d’ensembles chaudronnés
> MC Soudage
> Bac pro Technicien en chaudronnerie industrielle
> Bac pro Réalisation d’ouvrages chaudronnés et structures métalliques

Dans quel secteur d’activité peut-il exercer ?

Le métier de soudeur se pratique dans l’ensemble des secteurs de l’industrie.
Il peut s’agir d’une entreprise du transport (automobile, construction aéronautique ou navale), du bâtiment, de l’agroalimentaire, de la chimie ou encore dans le domaine de l’énergie (hydraulique, pétrolière, nucléaire).

Ses perspectives d’évolution

Le métier de soudeur ne connaît pas la crise ! Après quelques années d’expérience au sein d’une entreprise de l’industrie, le soudeur peut évoluer vers des postes à responsabilité : chef d’équipe, chef d’atelier.
Il peut aussi se spécialiser dans une ou plusieurs techniques de soudure (à l’arc, électronique, semi-auto…), un type d’installation (tuyauteries, réservoirs), un type de pièces (tôles, tubes, cornières), un type de métal (acier, inox alu, inconel, alliages..) ou un type d’environnement (pétrochimie, nucléaire, microélectronique…).
Le soudeur peut également envisager d’autres métiers du travail des métaux tels que la chaudronnerie, le montage en structures métalliques, la tuyauterie. Il peut aussi s’orienter vers le contrôle non destructif ou la préparation de travaux.

Métiers passerelles

Chaudronnier (f/h)
Tuyauteur (f/h)

mot clés associés :

partager

retour

à lire également