Même s’il n’existe pas de définition officielle, le corporate hacking, selon le site des Hacktivateurs, est « le fait d’utiliser les moyens mis à disposition par l’entreprise dans le cadre d’une fonction, pour faire bouger les lignes au-delà cette simple mission. »

L’intention du corporate hacker ? Agir au service de la transformation et de l’organisation de son entreprise, quitte à contourner certaines règles de fonctionnement. Toujours dans un souci de bienveillance et dans une recherche de bénéfice pour l’institution qui l’emploie, très souvent, pour aller de l’avant, il n’attend pas de recevoir un ordre pour agir et dépasser le cadre de sa mission. Partage d’expériences, mise en réseau, intelligence collective…

Le corporate hacker est, en effet, animé d’un sens aiguisé de l’opportunité. Ce comportement, qui peut être perçu comme une forme de rébellion par certains, est assez proche de l’intrapreneuriat. Si le corporate hacker contourne les règles, il ne le fait pas par esprit de contestation. Ce qui motive sa démarche est bien celle de vouloir changer l’entreprise de l’intérieur pour la pousser à se développer, à innover, à réussir sa transformation, souvent freinée par les règles traditionnelles d’organisation.

mot clés associés :

innovation, transformation digitale

partager

retour à la liste

documents RH.

Tous les modèles de contrats et de lettres dont vous avez besoin.

nos documents RH

Une sélection d’articles dédiés au secteur industriel et ses enjeux.

le club inhouse

Le corporate hacking, qu’est-ce que c’est ?

Vous vous apprêtez à vous abonner aux articles du club inhouse, pour tous les articles de l'instant RH, cliquez ici.

Vous vous apprêtez à vous abonner à tous les articles de l'instant RH, pour sélectionner uniquement les articles du club inhouse, cliquez ici.

Vous vous apprêtez à vous abonner aux articles du secteur public, pour tous les articles de l'instant RH, cliquez ici.

Vous vous apprêtez à vous abonner à tous les articles de l'instant RH, pour sélectionner uniquement les articles du secteur public, cliquez ici.