Green Deal, accords de Paris, décarbonisation de la France d’ici 2050 : ces objectifs alliés au modèle économique du développement durable encouragent l’industrie à repenser les compétences de son vivier de talents.

Augmentation des éco-procédés, packagings biodégradables, vente de pièces détachées, design sobre… Toutes ces mesures écologiques ne doivent pas être vues comme des contraintes mais plutôt comme des opportunités d’innovation. Le comportement du consommateur change : il devient sensible à l’impact de sa consommation, ce qui pousse l’industrie à se réinventer et à proposer des produits de meilleure qualité – quitte à produire moins de quantité, avec des matériaux innovants et durables, et des options de personnalisation. L’accélération de la transition écologique implique donc de répondre à ces demandes en utilisant de nouvelles solutions, qui reposent sur la technologie mais aussi sur de nouvelles compétences en recyclage, en énergie, ou encore en maintenance et en réparation.

Des métiers en constante évolution

La demande d’une main d’œuvre qualifiée et sensibilisée aux enjeux écologiques augmente avec la mise en place des objectifs de réduction d’émission de carbone, comme celui de la décarbonisation totale de la France d’ici 2050. Par exemple, les postes de techniciens chargés de recyclage ou de traders de déchets sont indispensables pour la valorisation du traitement des matériaux. La consommation d’énergie est, elle aussi, devenue un domaine central : les ingénieurs en efficacité énergétique font l’objet d’une forte demande (les offres pour cet emploi ont augmenté de 42 % entre 2016 et 2018[1]) dans une industrie désireuse de s’inscrire durablement dans la transition écologique.

L’économie circulaire : un axe de création d’emploi

L’économie circulaire vise une gestion efficace et responsable des ressources. Pour ce faire, elle repose sur trois piliers : une éco-conception de l’objet, la consommation responsable et le recyclage du produit. Les innovations telles que l’intelligence artificielle pour le tri des déchets, les jumeaux numériques pour l’évaluation de la viabilité des matériaux, et le Big Data pour leur traçabilité permettent de tendre vers ce modèle d’économie circulaire. Certaines entreprises ont déjà sauté le pas, comme Volvo qui utilise la blockchain pour assurer la traçabilité du cobalt utilisé dans ses batteries. L’innovation est aussi présente du côté des matériaux : superalliages, plastiques biodégradables, nouveaux caoutchoucs plus résistants, ces composants permettent aux industriels d’améliorer leurs produits tout en répondant aux impératifs environnementaux. L’appui de l’économie circulaire sur ces nouvelles technologies font de ce système économique un axe de création d’emploi : chimiste, expert en brevets de plastiques, architecte internet des objets, data engineer, technicien en électronique… L’économie circulaire est finalement un cercle vertueux qui allie écologie, profits et création d’emploi.

[1] Source : Eléments industriels

partager

retour à la liste

documents RH.

Tous les modèles de contrats et de lettres dont vous avez besoin.

nos documents RH

Une sélection d’articles dédiés au secteur industriel et ses enjeux.

le club inhouse

De nouvelles compétences pour une industrie durable

Vous vous apprêtez à vous abonner aux articles du club inhouse, pour tous les articles de l'instant RH, cliquez ici.

Vous vous apprêtez à vous abonner à tous les articles de l'instant RH, pour sélectionner uniquement les articles du club inhouse, cliquez ici.

Vous vous apprêtez à vous abonner aux articles du secteur public, pour tous les articles de l'instant RH, cliquez ici.

Vous vous apprêtez à vous abonner à tous les articles de l'instant RH, pour sélectionner uniquement les articles du secteur public, cliquez ici.