Les deeptechs, start-up proposant des innovations de rupture, représentent une opportunité pour l’industrie de faire face aux grands enjeux du XXIème siècle, qu’il s’agisse de relocalisation, de décarbonation ou de traçabilité des données. Pourtant, aujourd’hui, elles ne sont que 500 dans le paysage industriel français1. Il y a donc un vaste potentiel à développer.

Que sont les deeptechs ?

Start-up innovantes, elles offrent des produits ou services en rupture avec les procédés ou solutions traditionnelles du secteur dans lequel elles interviennent. On peut citer l’exemple de Prophesee, une deeptech française créatrice d’une rétine artificielle qui reproduit le fonctionnement de la vision humaine grâce à un algorithme. Elle a attiré l’œil de grands acteurs de la défense mais aussi d’industriels internationaux. En France, un Plan Deeptech, lancé en 2019, prévoit d’accompagner la croissance de ces start-up innovantes. Devant son succès (plus de 600 deeptechs accompagnées), ses objectifs ont d’ailleurs été revus à la hausse pour passer à 2 milliards d’euros d’investissement d’ici 2023 (au lieu de 1,3 milliard d’euros).

Au service de la compétitivité industrielle

Dans le secteur de l’industrie, ces deeptechs ont beaucoup à apporter. BPI France a recensé 3 champs d’intervention : la gestion et traçabilité des données, la robotique et les procédés innovants comme la fabrication additive. Autant de perspectives de dynamiser l’industrie française et de la rendre plus compétitive.

Afin d’accélérer le développement de ces start-up un peu spéciales, BPI France a lancé la plateforme “Tech in Fab” qui a vocation à mettre en relation les start-up avec les PME et ETI industrielles. Par ailleurs, un partenariat a été conclu avec France Industrie pour favoriser les passerelles entre les grands groupes industriels et les deeptechs. Loin d’être en concurrence avec l’industrie traditionnelle, les deeptechs peuvent au contraire l’accompagner dans sa transformation face aux enjeux de souveraineté, d’innovation et d’action climatique.

Focus : décarboner l’industrie grâce aux deeptechs

Un des enjeux majeurs que rencontre l’industrie est bien évidemment l’atteinte de la neutralité carbone. Les deeptechs apportent avec elles des espoirs dans le domaine des énergies renouvelables, de l’hydrogène, des technologies de capture de carbone (CCS) ou encore des biocarburants. Parmi elles, Energiency qui permet d’économiser jusqu’à 15 % de la facture énergétique d’une usine grâce à des algorithmes. Ou encore Materr’UP, créatrice d’un ciment innovant réduisant de 75 % les émissions de GES (gaz à effet de serre) par rapport à un ciment classique. Dans le cas de la collaboration entre grands groupes industriels et deeptechs, on peut citer celle de TotalEnergies et Sunfire, qui unissent leurs efforts pour produire de l’hydrogène vert. Ou encore Air Liquide et Fairbrics : la start-up récupère le CO2 produit par le grand groupe et ses clients et en fait un matériau de fabrication de ses vêtements.

Et la plupart des grands groupes s’accordent sur un point : sans deeptechs, impossible d’atteindre leurs objectifs. Le futur de l’industrie passera bien par elles !

France Industrie

mot clés associés :

innovation, start-up

partager

retour à la liste

documents RH.

Tous les modèles de contrats et de lettres dont vous avez besoin.

nos documents RH

Une sélection d’articles dédiés au secteur industriel et ses enjeux.

le club inhouse

Les deeptechs, le futur de l’industrie ?

Vous vous apprêtez à vous abonner aux articles du club inhouse, pour tous les articles de l'instant RH, cliquez ici.

Vous vous apprêtez à vous abonner à tous les articles de l'instant RH, pour sélectionner uniquement les articles du club inhouse, cliquez ici.

Vous vous apprêtez à vous abonner aux articles du secteur public, pour tous les articles de l'instant RH, cliquez ici.

Vous vous apprêtez à vous abonner à tous les articles de l'instant RH, pour sélectionner uniquement les articles du secteur public, cliquez ici.