recevez nos derniers articles.

s'inscrire à la newsletter

documents RH.

nos documents RH

clubinhouse

le club inhouse
Pourquoi l’industrie pharmaceutique doit-elle prendre le virage de l’e-santé ?
Pourquoi l’industrie pharmaceutique doit-elle prendre le virage de l’e-santé ?

Pour rester compétitive, l’industrie pharmaceutique doit se réinventer. Aujourd’hui, cette diversification de son modèle passe notamment par l’innovation dans le domaine de la santé numérique. L’occasion de replacer le patient au cœur de son parcours de soin, et d’en faire un acteur de sa propre santé. Si les Français semblent demandeurs, certains freins restent à dépasser pour déployer cette approche de façon pérenne.

De multiples facteurs imposent à l’industrie pharmaceutique de réviser son modèle économique. Parmi eux, l’augmentation des prix des médicaments, la crise de confiance des consommateurs, l’explosion des maladies chroniques et le besoin d’un accompagnement au long cours. En démocratisant l’accès aux connaissances et aux données médicales, le numérique remet également en question la hiérarchie traditionnelle patient/ médecin. Le succès de la télémédecine durant la pandémie a accéléré cette évolution.

e-santé : remettre le patient au cœur de son parcours de soin.

Au-delà du traitement médicamenteux, l’industrie pharmaceutique doit permettre au patient de reprendre le contrôle de sa propre santé. Pour cela, le secteur peut s’appuyer sur les dernières innovations dans le domaine de l’e-santé. Des dispositifs connectés qui tiennent compte de l’environnement dans lequel il évolue et fournissent des données de vie réelle. Elles permettent de mettre au point des traitements personnalisés, et d’avoir des retours pertinents sur leur efficacité. Et les Français sont de plus en plus demandeurs : selon Business Insider, on comptait 161 millions d’objets connectés de santé en 2020, soit une croissance de 24,8 % par rapport à 2019. Une enquête réalisée par Odoxa en 2017 montre également que 8 Français sur 10 sont prêts à être équipés d’objets connectés pour suivre leur maladie chronique.

des freins à dépasser pour pérenniser la santé numérique.

Toutefois, les Français sont attachés à la confidentialité de leurs informations personnelles. Le Baromètre des tendances santé de BVA (2017) montre ainsi que 67 % d’entre eux n’ont pas confiance dans les applications et les objets connectés en raison du risque de piratage de leurs données. Si 98 % des Français sont prêts à les partager avec leur médecin traitant, 99 % refusent de le faire avec les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft). Or, de nombreux industriels du secteur s’appuient sur ces géants pour développer des dispositifs de santé numérique. On peut notamment citer la collaboration de Verily (entité Sciences de la vie de Google) avec GlaxoSmithKline pour lutter contre l’asthme et le diabète, en lançant une filière dédiée aux médicaments bioélectroniques. Enfin, le manque de connaissance des patients en matière de santé les empêche de faire bon usage de leurs données. Ce frein est renforcé par la fracture numérique qui divise les patients (coût élevé des objets connectés, manque de remboursement de ces dispositifs…) comme les professionnels de santé (grand manque de formation aux innovations de l’e-santé).

dispositifs de santé connectée : un potentiel d’innovation illimité.

L’industrie du médicament peut s’appuyer sur le soutien d’entreprises innovantes pour élargir son champ des possibles. Par exemple, avec l’aide de l’entreprise Biocorp, Sanofi et Roche Diabetes Care ont lancé la technologie Mallya : un écosystème connecté qui relie les données d’insuline du patient à l’application Gluci-chek et les stocke dans le cloud. Certains laboratoires pharmaceutiques misent sur le soutien aux start-ups de la healthtech. Créé en 2018, le Pfizer Healthcare Hub incube des solutions digitales de santé. Les laboratoires Servier ont également créé WeHealth Digital Medicine, branche dédiée à la santé numérique. Elle s’appuie sur de nombreux partenariats avec des start-ups innovantes, comme Lucine ou BioSerenity. A la clé, de nombreux enseignements à tirer et un potentiel illimité en termes d’innovation. Plus que jamais, l’industrie pharmaceutique possède de multiples clés pour se réinventer.

 

sources :

https://www.leem.org/sites/default/files/2021-05/LivreBlanc-Leem-2020-V9.pdf

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/strategies-beyond-the-pill-des-laboratoires-pharmaceutiques-marketing-de-service-ou-nouveau-business-model-1009790

https://www.ticpharma.com/story/13/le-beyond-the-pill-nouvel-eldorado-des-laboratoires-pharmaceutiques-?.html

https://crip-pharma.fr/etudes-dossiers/dossiers/la-strategie-beyond-pill-un-nouveau-business-model/

https://www.mypharma-editions.com/diabete-sanofi-et-roche-diabetes-care-france-sallient-autour-du-dispositif-connecte-mallya-pour-solostar

https://www.challenges.fr/entreprise/sante-et-pharmacie/servier-a-son-idee-pour-booster-la-sante-connectee_45808

merci, votre inscription à notre newsletter a bien été prise en compte!